Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Mali: Zones d’ombres et questions sur une opération qui s’improvise jour après jour

Publié le 15/01/2013 à 22h20 | , , , , , ,  | 6 commentaires.

Les multiples incertitudes, doutes et surprises de l’opération « Serval »

La mission de la France?

Chaque jour, chaque heure elle apparait de plus en plus importante à assumer. Faute du déploiement en temps utile d’une force africaine efficace, faute d’une aide réelle de partenaires européens ou américain, faute de la capacité de l’armée malienne à tenir le terrain, la France est passée d’une planète à l’autre quand aux objectifs, et buts de guerre. Aujourd’hui, se déploient, d’abord sur l’aéroport de Bamako, toutes les unités venues des pays voisins ou de l’hexagone,  de l’armée de terre française. Marsouins, légionnaires, fantassins, hommes des forces spéciales, Tout le monde débarque. Avec armes de pointe, et paquetages, munitions et rations de combats… Dans l’urgence, certains ont fait le chemin par la route, parcourant des centaines de kilomètres à bord de véhicules de l’avant-blindé, (VAB) de blindés légers, Blindé « Sagaie » et d’autres. Et ce alors que rien de tel  n’était prévu. Certains soldats confessent sur leur tarmac de Bamako n’avoir pas suivi les procédures d’alertes, ou de pré-alertes… Il a fallu partir au plus vite et tailler la route. D’autres ont emprunté des avions gros-porteurs parfois loués à des pays étrangers, ou prêtés sans grand enthousiasme par ceux-ci.  (Car ce qu’on appelle la « projection de forces » reste depuis des décennies le talon d’Achille des armées françaises. Et maintenant, il faut tout remettre en ordre, vérifier les armes, mettre en ordre les dispositifs opérationnels, établir les états-majors de campagne, reprendre des forces avant d’aller plus loin Bref, dans cette opération « Serval », « on avance en marchant » ironise un général fustigeant une inédite imprévoyance alors que les données sur le terrain étaient connues de puis longtemps… et  s’étonnant de  cette soudaine prise de responsabilité totale de l’opération lancée contre les islamistes occupant le Nord-Mali. Un légionnaire en astiquant son arme après l’avoir complètement démonté et remonté rappelle une des devises de la légion aimant les formules qui claquent, devise fortement appropriée en l’espèce: « La légion marche, La route suit ». Des blindés armés Sagaie équipés de canons de 90mm ont déjà pris la route du nord…

Les avions? les hélicos? Pas suffisant face à la détermination des islamistes et leur connaissance du terrain, leur armement

12 chasseurs (Mirage 2000D, Mirage F1-CR, Rafale, 5 avions ravitailleurs, des Bréguet-atlantiques (appareils de recco), des hélicoptères gazelles et des Tigres sont mobilisés pour des frappes que le ministre Jean-Yves le Drian dit être efficaces. Reste que la règle est connue et n’a pas changé: Si personne n’est là au sol pour tenir des positions que les bombardements sont censées libérer, ces zones restent hors-contrôle. Et les islamistes d’AQMI, d’Ansar Dine, du MUJAO, ne lâchent rien. Leur connaissance du terrain désertique (grottes et caches diverses possibles), leur volonté de tenir la « dragée haute » aux forces françaises ou autres, leur mobilité, leur capacités à se fondre dans des zones, des villes, des villages peuplés, empêchent l’offensive aérienne d’être réellement efficace, en tous les cas décisives. L’armée malienne étant incapable de tenir le terrain, les islamistes prennent des villes comme ils l’ont fait à Diabali, sont encore présents à Konna, ou ailleurs, continuent à faire régner leur lois et appellent même parfois à la résistance à l’envahisseur. Qui plus est leur équipement est de qualité. Ils ont eu tout le temps de faire leur marché, à la fois en Libye, ou norme d’entre eux ont combattu comme mercenaires. La Libye a été et reste un grand marché d’armes à ciel ouvert. Les islamistes en ont même ramené des blindés légers… Au rayon armes automatiques, ils ont toute la panoplie et ne manquent pas d’armes lourdes, mitrailleuses 12,7, canons de 20, 24, 30mm, et batteries anti-aériennes, le tout souvent montées sur leurs centaines de picks-up ultra mobiles, et cibles principales des frappes aériennes jusque ici.

Les contingents africains?

Ils se hâtent lentement. Les chefs d’états-major des divers pays de la CEDEAO se sont rencontrés aujourd’hui… pour se repartir les commandements. Ce qui, eu égard à la susceptibilité des uns et des autres n’est pas joué… La tête de l’opération africaine a été confiée aux Nigérians. « Une bonne chose dit un officier supérieur français ». Les nigérians sont des bons combattants. Ils l’ont prouvé par le passé, sachant aller au « casse-pipe », comme ils l’ont démontré par le passé en tant que casque bleus, notamment en Sierra-Léone.

Mais certains pros s’interrogent sur ce qu’on appelle en termes militaires « l’inter-opérabilité » des divers continents. C’est une question essentielle de communication par exemple car les nigérians sont de culture anglo-saxonne, alors que les autres contingents sont francophones. C’est aussi une question de technique et de règles militaires et de niveaux différents. « Quand on sait que nous nous somme souvent heurtés aux américains en Afghanistan » quant aux stratégies à appliquer, on peut légitimement s’interroger, voire s’inquiéter dit encore l’officier français qui était de la campagne afghane.

Et les buts de guerre français?

La première réponse du Président de la République aujourd’hui en visite aux Emirats-arabes Unis a été sèche. Que comptez-vous faire des islamistes a interrogé un journaliste. – les éliminer! a répondu d’un mot François Hollande. Avant d’apporter un bémol qui laisse quand même songeur. – Les éliminer ou les capturer, ça peut servir… Le « ça peut servir » fait immédiatement penser à des interrogatoires, dont on se demande qui les mènera et de quelle manière… Sachant qu’en Afrique, les interrogatoires « musclés » voire très musclés sont la règle. Par ailleurs sachant que plusieurs pays voisins du Mali, comme l’Algérie ont commencé a fermer leur frontières pour éviter, que ces pays deviennent à leur tour des refuges, des sanctuaires pour un nombre d’islamistes que l’on estime en l’état entre 2 et 3000. On imagine mal l’Afrique créer son Guantanamo, comme on imagine mal, quelles que soient les horreurs qu’ils ont commises, que la stratégie consiste à éliminer physiquement tous les islamistes, qui, ne sont certainement pas prêts à se rendre à déposer les armes. Bref, c’est le « flou artistique total » si l’on peut dire quant à l’avenir de cette guerre déclenchée dans l’urgence à l’improviste, certes pour protéger le Mali, protéger les français et les intérêts français importants aussi bien en Afrique (au Mali ou Areva continue à exploiter l’Uranium) que dans l’hexagone ou la crainte de tentatives de ripostes terroristes est bien réelle, et  a été souvent évoquée ici, (cf l’interview du meilleur  chasseur de terroristes et connaisseur des dossiers islamistes, le juge Marc Trévidic).

Et les otages?

Mutisme total et compréhensible de ce coté là. Même si le top donné à une opération qu’il a voulu et ordonné, signale un changement de donne du coté du pouvoir. Dans l’entourage de François Hollande, certains confient à voix basse que le nouveau Président veut bouleverser la donne habituelle et cesser, comme l’ont fait ses prédécesseurs, de payer des rançons exorbitantes en échange de leur libération. Rançons qui n’ont cessé d’alimenté l’effort de guerre islamiste, et ont permis entre autres, aux hommes d’AQMI et à Abou Zeid de se fournir largement en armes de tout genre qu’ils vont opposer maintenant aux soldats français. Reste que la chance, quelque soit les capacités, la maitrise technique et le courage des hommes des forces spéciales ou du Service Action de la DGSE, de parvenir à libérer les otages par des coups de force sont plus que limitées, voire nulles dès lors que ces otages sont sous surveillances de bandes armées à la férocité totale et à l’absence totale de scrupules. Denis Allex était un militaire dit un homme du Renseignement français. Il avait choisi sa voie, son métier, en tant que membre du Service Action de la DGSE. Il savait à quoi il pouvait s’exposer. Comme les hommes du commando envoyés pour tenter de le libérer. Le pouvoir le savait en donnant un top opérationnel le même jour que celui délivré pour le lancement d’une opération militaire conséquente destinée à sauver le Mali du péril islamiste. Empêchant ainsi les médias  de se focaliser uniquement sur l’échec de l’opération en Somalie. Calcul cynique? Pas forcément… Si tout avait marché, si les deux opérations lancées concomitamment avaient réussi pleinement sans pertes, le pouvoir aurait lancé alors un message sans ambiguité aux islamistes: Nous sommes capables de vous faire la guerre, et nous sommes aussi capables de libérer nos otages. « Là, c’eut été du gagnant-gagnant confie une source connaissant aussi bien la chose militaire que le monde du Renseignement et celui des politiques. Mais les choses ont tourné autrement. Et les familles, en l’absence de message clair des preneurs d’otages sont plongé désormais dans une angoisse folle.

Bref, si militairement les choses avancent, si les islamistes globalement sont en difficulté mais loin d’être vaincus, si le gouvernement affiche une détermination totale, l’incertitude, les zones d’ombres, les questions sur le déroulé, le résultat,  le temps que dureront les opérations, mollement soutenues par la communauté internationale, et les risques qu’elles impliquent restent aujourd’hui entières.

Frédéric Helbert

Articles similaires :
• ITW du Juge Marc Trévidic. "Au Mali l'ennemi des islamistes c'est la France". Menaces sur l'hexagone.
• La guerre par l'image: Les islamistes ouvrent le front en Somalie.
• L'hommage discret aux hommes de la DGSE morts en service commandé en Somalie
• Somalie. La manipulation extrême: Les shebab annoncent vouloir "exécuter" leur otage déjà mort
• Denis Allex. Opération dernière chance DGSE contre les Shebab. L'échec d'un rien. Révélations.

Écrire un commentaire - Suivre les commentaires par RSS 2.0 - Faire un trackBack.

Commenter sur « Mali: Zones d’ombres et questions sur une opération qui s’improvise jour après jour »

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Consultez les mentions légales.

  1. Thomas Sankara - Serval va mourir dit :

    Le bouche à oreille fonctionne à merveille!Il m’a été conseillé ce blog; et franchement, je suis EPATE par la qualité de son rédacteur! Un vrai « old hand » selon la bio! Poursuivez ainsi, de porter un regard différent sur les conflits actuels, en total décalage face aux média « mainstream », alignés sur leurs propriétaires, et filtrant l’information à outrance!

    Bravo pour la sobriété de votre blog! :-)

  2. naif dit :

    Que pouvait on faire d’autre ? Continuer les palabres pendants que les islamistes faisaient mouvement pour faire main basse sur le Mali  ? J’entends d’ici les commentaires de tout bords  ! Il est certain que cette situation était prévisible mais ni les africains ni les occidentaux ne l’ont prise à sa juste mesure . Qui d’autre que les français pouvaient intervenir dans l’urgence malgré des inconvénients bien connus ?

  3. chb dit :

    Pas de mention du Qatar ?
    Et dans la rubrique « buts de guerre », tant qu’à mentionner des richesses maliennes insoupçonnées du public – et de certaines stats officielles – vous pourriez utiliser le terme « colonial », voire cette autre vieillerie réactualisée : la « Françafrique » !

  4. Frederic Helbert dit :

    Personne en l’état,(quant aux palabres, elles se déroulaient sur le terrain entre les différentes parties avant brutale rupture et la suite que l’on connait… mais l’urgence passée, la « solitude » française va poser un problème….

  5. Jean Allemand dit :

    A quoi servirait donc d’entretenir à grand frais une armée d’excellence ( qui devrait être à 90% orientée « outre-mer » maintenant que la menace de guerres européennes est devenu de l’Histoire ancienne ) si ce n’était pour faire respecter notre drapeau ainsi que nos concitoyens à travers le monde …
    La France doit apprendre , tout comme devrait le faire ses « Services » , à se tamponner des  » commentaires » désobligeants : il y en aura toujours …
    Bien faire ( selon la conscience que l’on a de son devoir ) et laisser dire : on ne plaira jamais à tout le monde …
    On a les moyens de se faire respecter , on y met le prix et les hommes de valeur , ce serait imbécile et inconséquent de ne pas s’en servir …
    La famille de François Hollande n’est pas la mienne , mais je lui dis bravo d’avoir su restaurer un honneur national bien mis à mal par son prédécesseur qui était , je le découvre chaque jour , surtout habile en gesticulations , en menaces non suivies d’effet , et en grands espoirs d’action que paralysaient ensuite des calculs politiques alambiqués .

  6. Jean Allemand dit :

    Les meilleurs d’entre les fils de France ne sont pas tous dans les écoles de commerce ou d’ingénieur … le métier des armes attirera toujours les guerriers d’excellence qui donnent un sens fort à leurs vies en la mettant en jeu pour leur patrie .
    Utilisons ces hommes de devoir et de valeurs dans des opérations ponctuelles et limitées dans le temps pour faire respecter la France et protéger les français partout dans le monde , ces hommes debout ne demandent que ça et savent aussi que leur peau peut en être le prix …
    Cessons de vouloir transformer tous les pays du monde en démocratie à notre image , beaucoup sont loin d’en être encore capable et laissons le temps travailler à cela au lieu de nous ruiner à le leur imposer en vain .
    Observons de loin sans prétendre donner de leçons , prévenons , intervenons ponctuellement durant quelque mois seulement quand les limites sont dépassées et si nos intérêts sécuritaires sont mis en question …
    Puis rentrons chez nous sans plus avoir la prétention de vouloir transformer en quelques années des 2 CV en Ferrari et des pays peuplés d’illettrés en démocraties exemplaires .
    Le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui… et vouloir faire bruler à tous prix les étapes de leur développement aux peuples du tiers monde ne peut que les dresser contre nous et ce qui est perçu à raison comme notre irrespectueuse arrogance .


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...
  • Anonymous : C’est le seul héros de l’histoire mais l’on ne parle que du terroriste. ….. Pourquoi n avons nous pas de...
  • MACHLINE Gérrd : Le résultat de campagnes nauséabondes menées par des politiques cyniques afin de détourner le regard des plus malheureux des...
  • raf13 : Bonjour, Je partage votre point de vu, on peut rajouter que les gens vivent leur vie à travers les écrans de tv, internet etc…...
  • Dechartres : De bonnes prises avec des situations cocasses. CD

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page