Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Liban: à Tripoli, dans la zone de combats entre factions pro, anti-Bachar

Publié le 31/08/2012 à 23h28 | , , ,  | Écrire un commentaire.

Reportage Photos exclusif.

Droits réservés.

Un calme précaire règne depuis quelques jours à Tripoli, 2ème ville du Liban, après une série d’affrontements violents entre les sunnites et les alaouites. Une rue constitue la « ligne de front » démarquant le quartier des pro-Bachar Al Assad, (les alaouites), Jabal Mohsen de celui des supporters de la révolution en Syrie (les sunnites), Bab al-Tabana. L’armée est aujourd’hui déployée partout dans la ville, même si les combats n’ont pour théâtre qu’un réduit de 2 kilomètres carrés. Ailleurs dans Tripoli la vie poursuit son cours, presque normalement. Premier reportages en images dans les deux camps, ou chacun a le doigt sur la gâchette, en attendant la prochaine étincelle.

Full story suivra…

BAB AL-TABANA

Au fond de cette rue, l’infime ligne de démarcation entre les deux quartiers rivaux

Les combats ont été très violents. Mais désorganisés. Dégâts considérables au regard du bilan humain.

Une voiture transformée en passoire… Une de plus au Liban.

Les enfants de Babal Tabana profitent de la trêve, pour prendre l’air…

Ceux-là sont grands, tous ont combattu. C’est le temps du ravitaillement…

La denrée qui manque le moins au Liban: armes et munitions….

Calibre 7,62. Du « lourd » pour canarder en rafales

Ce combattant vient de recevoir son lot de munitions flambantes neuves, sortant tout juste du « package »

Stock de pneus. En un Instant, ils se transforment en rempart derrière lesquels sont installés positions de tir

Détruire, reconstruire: Un autre sport national… Cet homme profite de la trêve pour tenter de rétablir l’électricité.

Les blindés de l’armée libanaise, déployés partout. Mais les soldats n’aiment pas être photographiés…

A Bab al-Tabana, beaucoup de drapeaux salafistes… le quartier miséreux s’est radicalisé.

Ce combattant sunnite est un salafiste. Une roquette a failli le pulvériser mais il est prêt à repartir au combat.

Une autre vue d’une ligne de font incertaine: les immeubles alaouites surplombent le cimetière sunnite.

A la guerre, même les morts ne sont pas épargnés. Mais les tirs de roquette « sacrilège » n’ont été que des ripostes imprécises à des attaques lancées par des combattants embusqués derrière le cimetière….

Même des mosquées ont été touchées. Même tactique, même conséquences…

Jabal Mohsen

Pour rejoindre le quartier alaouite, impossible de passer la ligne de front: ll faut un long détour…

Là, aussi les immeubles portent les plaies encore ouvertes des combats.

Kalashnikovs, mitrailleuses 12,7, lance-roquette RPG, les armes ont parlé en « pagaille ».

A Jabal Mohsen, la couleur est affichée: drapeau « mixte » libano-syrien! et Bachar sur les murs…

Spécificité locale: Plus d’affiches du président syrien que de n’importe quel politicien libanais.

Devant le QG du fief des Alaouites de Jabal Mohsen, barrière de béton anti-voiture piégée.

 

Ce leader du « parti démocratique arabe » explique calmement: « Nous supportons Bachar parce qu’il est le seul vrai patriote arabe, le successeur de Nasser. L’incarnation du meilleur résistant à notre unique ennemi: Israël ».

Une bibliothèque qui ne laisse guère de place à l’ambiguité.

Magasin fermé. pour cause de « météo militaire incertaine ».

A l’heure des « War-games », petit parc d’attraction enfantine déserté.

Tournée dans le quartier: Presque une « dead-zone ». Avec des barrages ici et là.

A chaque coin de rue, l’effigie de Bachar el-Asssad, ici aux cotés de celle du « boss » du « parti démocratique arabe » pro-syrien.

A chaque coin de rue aussi, les chars de l’armée libanaise. Mais les combattants des deux camps ne croient qu’en eux mêmes.

L’indéniable avantage stratégique des alaouites du quartier pro-Bachar el-Hassad: Ils tiennent les haut d’une ville qui s’étend entre montagne et mer.

Mais quand l’on quitte les hauteurs de la ville, et la petite zone ou s’affrontent les deux clans, on retrouve un centre-ville à ‘activité presque normale.

Si le conflit syrien est présent dans tous les esprits, la contagion guerrière dont il a tant été question, n’est pas une réalité. pas pour l’heure en tous les cas. Hormis le réduit de deux kilomètres carrés ou s’affrontent sporadiquement et violemment les clans pro et anti Bachar, la seule guerre que se livrent l’immense majorité des habitants de Tripoli est celle des conducteurs empêtrés dans d’éternels embouteillages-monstres. Ceux-là n’utilisent sans compter qu’une seule arme: le kaxon!

Reportage à TRIPOLI, Frédéric Helbert.


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et journaliste d'investigation, spécialiste du Terrorisme, je couvre depuis 25 ans les unes de l'actualité. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous la face parfois moins visible des enquêtes et reportages diffusés sur tous les médias. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce blog m'en offre la totale liberté. Je compte bien vous en faire profiter pleinement! Vos témoignages et informations sont les bienvenus...

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • MARIE : merci fred de votre information . quels gachis . j’ai véçue cela il y a qq années lors de la disparition de ma fille .et a ce...
  • petimiti : En tous points d’accord non seulement avec le Monde et aussi Mediapart et Reporterre. Je confirme que CRS et Gardes Mobiles...
  • GV : La « coalition americano-franco-turque se comporte ni plus ni moins comme l’Armée Rouge de Staline, au garde a vous...
  • melina : C’est un homme magnifique Quel courage Merci pour ce temoignage.
  • Clairette : Je suis admirative pour le courage et la compassion de ce médecin volontaire sous les bombes pour soigner un peuple martyrisé....

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page