Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Mohamed Merah. Ses liens avec Sabri Essid La filière jihadiste Artigat -Revélations

Publié le 11/07/2012 à 06h50 | , ,  | Écrire un commentaire.

Comment Merah aurait pu, dû, être démasqué, arrêté, mis hors d’état de nuire, bien avant les tueries de Toulouse et Montauban.

Une fois encore, les fameuses « fadettes », (listes de numéros téléphoniques fournis par les opérateurs sur réquisitions judiciaires)  ont parlé:

Et elles mettent à  jour un fait très troublant: Peu avant la première série de tueries visant des militaires, Mohammed Merah, appelle très régulièrement un certain SABRI E. dit l’hebdomadaire.

Sabri E, ou Sabri ESSID, homme-clé de l’enquête, de la construction de Merah en tant que jhadiste, ami d’Abdlekader Merah aussi, d’abord.

Sabri Essid arrêté en 2008, en Syrie, alors qu’il partait faire le Jihad en Irak. Un exemple, un modèle à suivre, à dépasser pour M.Merah. Sabri Essid, qui jusqu’à présent n’a pas été placé curieusement sous les feux de l’enquête à moins que la discrétion ait été choisie… Parce que ses liens anciens avec Merah auraient permis de sonner l’alerte rouge depuis longtemps…

ESSID lui pourtant ne fait pas dans la discrétion. Il apparait au grand-jour, à l’heure des obsèques de Mohammed Merah. C’est lui qui est « à la manœuvre », qui dirige tout dans le petit cimetière du village de  Cornebarrieu. Au reporter de « Paris-Match » qui l’interroge, il lâche brièvement: « je suis le demi-frère de Mohammed Merah ». En fait, il est bien plus que cela…

PHOTO PARIS-MATCH: ESSID est l’homme à la barbe et au catogan.

Sabri Essid, l'ami de Mohamed Merah

Si Sabri Essid, est si proche, de son ami,  son « frère », Mohamed Merah, c’est qu’une longue histoire les lie. Une histoire qui n’a en rien échappé à l’époque aux services de renseignements français, ni  à la Justice, pas plus qu’à l’administration pénitentiaire… Mais pourtant, aucun des éléments connus n’amèneront à l’heure du début de la série sanglante de Merah à faire appel aux hommes maitrisant le dossier sur le bout des doigts. Encore un mystère dans l’affaire.

FLASH-BACK:

Merah-Essid et la filière Artigat/Toulouse

Au départ, c’est Abelkader Merah, le grand-frère, salafiste pur et dur, mis en examen pour complicité d’assassinats, mais qui nie tout, qui semble très lié à Sabri  Essid. On est en alors en 2005. Mohammed Merah n’est qu’un ado, mais qui traine déjà dans les pattes des « grands »… Fin 2006, Sabri Essid est interpellé en Syrie, avec un albigeois , converti à l’Islam, alors qu’il s’apprêtait à passer clandestinement en Irak pour aller y faire le Jihad contre les américains. Au lendemain de leur retour, la Justice anti-terroriste dirige un vaste coup de filet contre ce qui a été identifié comme une structure, une filière solide irakienne d’envois de volontaires au combat et au martyr. La SDAT (sous-direction nationale anti-terroriste, la même unité que l’on retrouvera en tête de gondole sur l’enquête des tueries de Toulouse, frappe à Paris, mais surtout dans la banlieue de Toulouse (quartier des Izards, de la Reynerie), et dans le paisible village d’ARTIGAT en Ariège. Ou réside celui que l’on appelle l’émir Blanc, Olivier Corel, un franco-syrien, considéré non comme un opérationnel mais un maître à penser. Les deux hommes qui dirigent l’enquête sur la filière d’Artigat sont des « champions » de la lutte contre le jihadisme: Le Juge Bruguière, (aujourd’hui retiré des affaires) et le juge Trévidic devenu le n°1 en la matière, mais non associé à l’enquête Merah (une fleur de Sarkozy via la hiérarchie).

En 2008, dans le cadre de l’enquête, le nom d’Abdelkader Merah apparait. Mais l’homme est habile. « Un vrai salafiste, champion de la dissimulation » se souvient un enquêteur de la DST. Il est inquiété, placé en garde à vue, avec Mohammed, mais  aucun des deux frères ne feront  pas partie des 6 personnes condamnées à Paris,  pour avoir été membre de cette filière baptisée filière Artigat.

Sabri Essid lui se retrouve en prison. Et qui va demander des permis de visite pour venir le voir régulièrement? Qui va lui amener de l’argent pour cantiner? Mohammed Merah! Dès 2008 donc, le lien « quasi-officiel » entre Mohammed Merah et une filière sérieuse de « fondus du Jihad » est établi…

Le mariage religieux du père de Sabri Essid et de la mère de Mohammed Merah

Pour corser le tout, c’est Mohammed Merah qui va présenter à sa mère, alors seule, le père de Sabri Essid en 2011, à quelques mois des tueries. S’en suivra un mariage religieux, qui ne durera pas. Mais Zoulikha Merah continuera après le mariage a se faire appeler Zoulikha Essid. C’est l’argument – un peu court- utilisé par les policiers pour dire qu’ils n’ont pas percuté immédiatement lorsque a été établi une short-list des suspects possibles des tueries dont une certaine Zoullikha Essid dont l’ordinateur avait été utilisé pour contacter le premier militaire abattu par Merah.

Ignoraient-ils ces policiers que le père de Sabri Essid a épousé religieusement également une autre mère d’un combattant du Jihad également arrêté?

De décembre 2011 à février 2012, Mohammed Mérah estre dans la phase finale de sa préparation opérationnelle: C’est alors qu’il va se mettre à appeler sans cesse Sabri Essid, l’ancien candidat au Jihad, devenu une « référence ».

Il appelle aussi alors Olivier Corel, « l’émir blanc », le chef spirituel, vivant reclus dans sa maison d’Artigat, jamais arrêté, ni condamné.

Un témoin sérieux, dira aux policiers, après la tuerie, qu’il a vu ensemble Abdelkader et Mohammed Merah venir voir « l’émir blanc » quelques jours avant le début des tueries…

Nombre d’éléments, nombre d’éléments confondants, nombre d’éléments qui auraient pu, dû permettre de donner l’alerte en amont. Certains membres ou ex-membres du staff contre-terroriste ont fait le lien très vite après la mort de Merah. Ils auraient pu le faire avant s’ils avaient été associés à l’enquête, et si, question qui se pose plus que sérieusement désormais aujourd’hui, Merah n’a pas été recruté comme source ouverte, par la DCRI, après « ses voyages », ce qui par rapport au service, croyant avoir la maîtrise aurait offert au jihadiste terrifiant, à la double, triple vie, une parfaite couverture et tranquillité pour opérer sans être inquiété, et ce qui expliquerait la panique s’emparant au sein de certains services et les ratés de l’enquête, de la négociation, et de l’opération.

Frédéric Helbert 

Cette enquête a été réalisée en 2012. Depuis Sabri ESSID, si proche de Mohamed MERAH a réussi à rejoindre les hommes de l’état Islamique en Syrie, emmenant avec lui, sa compagne et le fils de celle-ci. Il est réapparu dans une vidéo sinistre et terrifiante où l’on voit l’enfant de 12 ans, exécuter d’une balle dans la tête, un prisonnier de l’EI.


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • Dechartres : Que la lumière soit faite – en toute impartialité – sur les véritables raisons du drame.
  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...
  • Anonymous : C’est le seul héros de l’histoire mais l’on ne parle que du terroriste. ….. Pourquoi n avons nous pas de...
  • MACHLINE Gérrd : Le résultat de campagnes nauséabondes menées par des politiques cyniques afin de détourner le regard des plus malheureux des...
  • raf13 : Bonjour, Je partage votre point de vu, on peut rajouter que les gens vivent leur vie à travers les écrans de tv, internet etc…...

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page