Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Attentat Nice. Enquête sur les failles du dispositif de sécurité relancée.

Publié le 05/04/2017 à 15h31 | , , , , , , , , ,  | 1 commentaire.

 DES FAMILLES DE VICTIMES OBTIENNENT LA REOUVERTURE  D’UN VOLET ESSENTIEL DE L’ENQUETE QUE LA JUSTICE AVAIT CLASSEE SANS SUITE.

Nice

La détermination de familles de victimes à connaitre la vérité a fini par porter ses fruits. Le parquet de Nice, a été contraint d’ouvrir une information judiciaire sur les possibles failles du dispositif préventif de sécurité déjoué par le terroriste au camion.  Les parents du petit Yannis, 4 ans, tué lors de l’attentat, sont de ceux qui continuent à réclamer des comptes tant à l’Etat qu’à la ville de Nice et son maire. Ils avaient déposé à cet effet une plainte avec constitution de parties civile. Le procureur de Nice a donc du battre en retraite. Jusque-là il avait eu de cesse d’expliquer que selon lui aucune infraction pénale ne pouvait être caractérisée quant  aux conditions de sécurité du dispositif installé sur la promenade des Anglais que l’état et la ville de Nice avaient tout mis en oeuvre pour protéger les 30 000 personnes présentes au feu d’artifice du 14 juillet. En janvier dernier, une première enquête préliminaire, sur ce volet précis de l’affaire, avait été classé sans suite. Mais les parties civiles, ont estimé que le procureur Jean-Michel Prêtre était juge et partie, en raison des liens réguliers entre le Parquet, la Préfecture, et la Mairie. Et certainement pas le mieux placé pour trancher…

Car de l’enquête préliminaire classée sans suite, il était apparu qu’elle avait pour le moins négligé l’objectif fixé. « vérifier la prise en compte du risque terroriste, pesant sur les festivités, et de « vérifier l’adéquation des moyens l’adéquation des moyens mis en oeuvre pour y parer suffisamment » et de « vérifier l’effectivité de la mise en oeuvre des dispositifs sur le terrain » ainsi que l’écrivait lui-même le Procureur de Nice.

« Le problème dit un des policiers étant intervenu le soir de la tragédie, c’est que cette enquête préliminaire a été volontairement limitée. On n’y trouve rien qui permette de pointer d’éventuels dysfonctionnements structurels sur le terrain. Aucun rapport d’intervention. Nous mêmes, nous n’avons pas été entendus! Seule la hiérarchie a été interrogée… Aucune trace non plus dans le dossier de l’enquête préliminaire des échanges radios lorsque l’attaque terroriste est survenue. Aucune trace quant au fait  que l’info circulait très mal au moment des faits, du fait que les fréquences radios la police nationale et celles de la police municipale n’étaient pas les mêmes « .  

Un autre enquêteur s’interroge sur la « neutralité » du procureur de Nice. « C’est lui qui avait pris les dispositions permettant les contrôles d’identité le soir d’une fête ayant tourné au drame… Et il entretenait des rapports réguliers avec le DDSP, le directeur départemental de la Sécurité Publique »Par ailleurs l’enquête de L’IGPN  était passé bien vite sur de nombreux mystères, mais l’IGPN, dépend du Ministère de l’Intérieur » dont la responsabilité avait été pointée.

On se souvient des polémiques très vite survenues après l’attentat sur le « sérieux » et l’efficacité du dispositif… Sur Le nombre de fonctionnaires requis, le placement des barrages, et les moyens utilisés, censés bloquer toute circulation d’un véhicule sur la Promenade des Anglais. De la version de l’Etat alors soutenue par le premier ministre Manuel Valls (sifflé lors de sa venue à Nice)  et Bernard Cazeneuve, version remise en cause notamment  par une enquête fouillée du Journal « Libération » et ici même (voir articles de l’époque). On se souvient d’une autre enquête préliminaire ouverte pour « abus d’autorité » suite aux déclarations de Sandra Bertin, la policière municipale, qui en poste au centre de supervision urbain, (dispositif de télé-surveillance municipal). Elle avait affirmé avoir subi des pressions venues du Ministère de l’Intérieur pour qu’elle modifie son rapport et fasse apparaitre des points de contrôle – de fait inexistants – de la Police Nationale. Alors que cette polémique était devenue éminemment politique, là-encore, le Procureur de Nice avait classé la plainte sans suite, en janvier dernier aussi.

Mais Jean-Michel Prêtre n’ignorait pas que des familles meurtries n’abandonneraient pas leur combat pour que toute la lumière soit faite. Le dépôt de plaintes avec constitution de partie civile a entrainé l’ouverture d’une information judiciaire. Deux juges d’instruction sont désormais nommés pour reprendre à zéro une enquête délicate, sensible. Les familles se situent hors du champ politique. Leur combat pour la vérité vise tout aussi bien l’Etat, le gouvernement,  que la Ville de Nice, et la Préfecture, co-organisateurs d’un feu d’artifice, s »étant soldée par la mortelle randonnée du camion conduit par le terroriste, finalement tué, et un effroyable bain de sang.

Frédéric Helbert


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • loustic : Merci pour votre travail précis, dénué de sensationnalisme inutile, vous êtes une référence, continuez de nous informer merci
  • titof : pourquoi attendre , si nous avions détournés une tel somme nous serions déjà en prison depuis longtemps . Pauvre France si elle était...
  • CPB33 : Et rien sur macron ??? Etonnant non ?
  • Dechartres : Que la lumière soit faite – en toute impartialité – sur les véritables raisons du drame.
  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page