Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Le plan Sécurité des Ecoles: l’impossible défi. Enquête.

Publié le 24/08/2016 à 20h48 | , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,  | Écrire un commentaire.

 

Présentation officielle du plan sécurité écoles, collèges, lycées

Présentation officielle du plan sécurité écoles, collèges, lycées

Ainsi le gouvernement a choisi de communiquer en grandes pompes sur la mise en place d’un vaste, d’un immense chantier appelé le « plan Sécurité Ecole », visant pas moins à anticiper, prévenir la menace terroriste, « durcir » au maximum les dispositifs de sécurité active, être capable de réagir de manière adaptée en cas d’attaque, former les profs à l’application des premiers secours au cas où… former les profs à former les élèves à l’apprentissage des mêmes premiers secours, prévoir des simulations d’attaques, des plans d’évacuation en bon ordre… Bref, l’inventaire n’en finit pas. Arsenal sécuritaire, arsenal pédagogique, arsenal de prévention et de réaction, pas moins de 3 ministres, (Intérieur, Education Nationale, Porte-Parole du gouvernement ont déroulé ce matin les mesures prises, celles à prendre, tout ce qui est fait, doit être fait, sera fait assure t-on, pour « anticiper, prévenir, réagir »…

L’examen de ce chantier colossal laisse bon nombre d’experts de la Sécurité, voire ceux de l’Education Nationale sceptiques. Certains y voient même une communication pour le moins « anxiogène », tant elle semble laisser à penser que des terroristes vont immanquablement s’attaquer (ou tenter de le faire) à des établissements scolaires.

« Comment, avec quels moyens, quels effectifs, le gouvernement pense pouvoir réellement faire appliquer un tel plan s’interroge un haut-fonctionaire de la Police Nationale? On est déjà a flux tendus, les effectifs sont sur les dents, épuisés, en nombre insuffisant tant il y a désormais de cibles possibles en France, et on nous annonce un plan visant à sécuriser Des dizaines et des dizaines de milliers d’établissements scolaires? Avec les maternelles, les écoles, les lycées professionnels, les facs, le public, le privé, cela fait autour de 100 000 établissements à protéger partout dans l’hexagone! Et si l’on suit le raisonnement il faudrait aussi protéger les bus, les cars de ramassage scolaires, il faudrait être partout, à l’intérieur, à l’extérieur, présents jours après jours, dans toutes les villes, les communes, les villages, les quartiers… C’est d’un strict point de vue comptable et technique parfaitement irréalisable ».

Et ce d’autant, et je ne déroulerai pas ici la liste des « possibilités », mais des discussions approfondies avec des hommes de l’anti-terrorisme font état de quantité de scénario différents pour une attaque en milieu scolaire. « C’est un peu comme si, dit l’un d’entre eux, après l’attentat de Saint-Etienne du Rouvray, il aurait fallu mettre sur pied un plan d’ampleur nationale visant à protéger toutes les églises, de la plus grade cathédrale à la moindre chapelle, en permanence à chaque office religieux! ».

« C’est oublier dit un autre que la stratégie de l’état islamique de ses hommes, où de ceux qui se revendiquent d’elles au moment  d’un passage à l’acte, expose la nation toute entière. Tout et tout le monde peut être ciblé, partout, et par tous les moyens. Si, quelque fut le dispositif déployé pendant l’Euro, des terroristes avaient vraiment voulu passer à l’action, ne nous voilons pas la face, ils l’auraient fait. Ils sont maitres de « l’agenda ». Après l’Euro, certains politiques ont crié un peu trop vite « Victoire », et puis est survenu l’effroyable carnage de Nice au camion tueur, puis l’attentat terrifiant, au simple couteau, de Saint-Etienne du Rouvray. Qu’a fait lld pouvoir alors? Il a rétabli l’état d’urgence, lequel n’avait rien empêché,  durci encore un peu plus le dispositif Sentinelle qui lui non plus ne peut se targuer d’avoir obtenu de spectaculaires résultats. L’été, qui n’est pas fini a été « calme », mais franchement qui aurait pu empêcher des terroristes déterminés et préparés de surgir sur une plage?  un port? dans un centre commercial  de rentrer dans un TGV? de lancer une attaque contre les touristes sur les champs-Elysées, de rentrer en mitraillant dans un aéroport? »

sur les champs-Ellysées après l'attentat de Nice

Sur les champs-Elysées cet été…

dans un TGV, jamais contrôlé au lendemain de l'attentat de Nice

dans un TGV, jamais contrôlé, au lendemain de l’attentat de Nice

De fait, à titre personnel,  et professionnel,  cet été, j’ai été sur les champs-elysés, j’ai pris des TGV, sans aucun contrôle, et des avions partant d’aéroports ou l’on entre comme dans un moulin, et où tout peut arriver avant l’accès au zones de contrôles avant embarquement. C’est ainsi, et çà ne peut être autrement sauf à imaginer qu’on mette policiers, gendarmes, militaires, absolument partout, ce qui est d’abord impossible, et ce qui ensuite créerait une atmosphère irrespirable, paralyserait le pays et ferait la joie de « l’ennemi ». C’est une donne nouvelle, avec laquelle il va falloir nécessairement finir par apprendre à vivre réellement, parce qu’il n’y a pas d’autre moyens! Et parce que vivre en ayant peur, dans une quête de durcissement sécuritaire permanent reviendrait  à offrir à moudre frais une victoire supplémentaire à ceux qui nous livrent une guerre sournoise et asymétrique. Mais alors, les gouvernants doivent être clairs: Non tout ne peut, ne pourra jamais être sécurisé.

Ce débat là n’a pas fini de faire couler d’encre, et l’on a vu la foire aux propositions parfois insensées venant des politiques de tout bord, tous devenus depuis que la France est à nouveau épisodiquement ensanglantée par les jihadistes, des experts du terrorisme et du contre-terrorisme… Comme on a vu des maires, ici, et là annuler de grandes manifestations populaires sous prétexte que la sécurité ne pouvait être complètement assurée, mais ou donc la sécurité, face à un ennemi trop souvent indétectable, pourrait-elle être complement assurée aujourd’hui? Faut-il céder à une menace diffuse, dont on ignore quand elle peut, où va frapper?

Reste qu’aujourd’hui  alors que se profile la rentrée des classes, voila donc un plan aux gigantesques dimensions annoncé. Censé protéger des millions d’enfants et de jeunes. Et prévoir tout type de situation, y compris, les manières de réagir en cas d’attaques, et donc dès lors que les dispositifs préventifs auraient échoué. « Imagine-t-on la pression que cela distille » demande un prof? Et les moyens, les ressources que cela demande? . On ne parle pas à des enfants de maternelle du terrorisme, comme à des ados! On ne peut pas former des gosses, des ados, des étudiants, de la même manière, leur faire appréhender selon les mêmes codes, la menace, les moyens de tenter de le fuir le cas échéant, où celui de porter les premiers secours à autrui. Et ce d’autant que l’on connait les maux endémiques de l’éducation nationale. Pas assez d’établissements, classes surpeuplées, manque de profs, présence déjà de violences au sein de certains établissements scolaires… A cela ajoutons que pour des milliers d’enseignants, cette rentrée sera – sans mauvais jeu de mots – le « baptême fu feu »! 

Une petite école de quartier à 10 jours de la rentrée

Une petite école de quartier à 10 jours de la rentrée

Bref, le défi, en dépit des effets d’annonce de la journée, semble -de fait-impossible à relever. « C’est un peu comme le dispositif Sentinelle, relève un professeur d’une école militaire. Nombre d’entre nous considère que ce dispositif est inadapté, qu’il n’empêche rien, qu’il épuise les hommes et le matériels, qui peuvent d’ailleurs être un jour autant de cibles, qu’il coute une fortune pour si peu de résultats ». Le Colonel Michel Goya, expert s’il en est, s’est souvent exprimé sur l’adéquation de ce dispositif. Le Juge Ttrévidic que j’ai souvent interviewé, et qui l’an dernier, à la même époque, prédisait avec une terrible acuité ce qui allait advenir dans un entretien réalisé pour Paris-Match, ne dit pa autre chose. Mais « Sentinelle » reste là, comme une manière de rassurer autant que l’on peut l’être, et face à sa propre impuissance à juguler la menace, le gouvernement ne cesse à chaque attentat de dire que ce dispositif est à nouveau renforcé… « De fait, confie un homme de droite « modérée », il est loin d’être sur, qu’un gouvernement issu de nos rangs ferait autre chose, ou mieux. Il n’est qu’à se souvenir de la calamiteuse gestion de l’affaire Merah, et des effets qui s’en sont suivi lorsque Nicolas Sarkozy était au pouvoir »…

Et donc voici annoncé le Plan « Sécurité Ecoles » qui accumule les mesures en tout genre, impliquant professionnels de la Sécurité et ceux de l’Education Nationale. Ainsi pour venir en renforts aux effectifs sécuritaires déjà débordés et sur les genoux, 3000 gendarmes réservistes sont appelés. Et aux profs qui ont déjà tant à gérer, on va demander de se former, et de se former à former… On se demande déjà comment les uns et les autres vont pouvoir faire appliquer correctement partout l’une des mesures phares préconisées : « Pas d’attroupement devant et aux abords des écoles »…

Bien des questions restent en suspens, et « s’il faut protéger nos jeunes efficacement, comment fera t-on pour toutes les activités et déplacements péri-scolaires, sportifs? » ou autres se demande déjà un enseignant. L’école n’est pas le seul lieu ou ils se réunissent! »

Quand à l’idée de parvenir à « sanctuariser » les établissements, dont certains sont d’une vétusté tragique, « cela relève de la chimère »  prédit un vieux prof, lequel insiste sur un volet bien trop peu abordé selon lui. « La réponse sécuritaire est une chose, prendre des mesures spécifiques en l’état peut se comprendre, même je doute de leur réelle efficacité, mais jamais une réponse uniquement sécuritaire n’a pu et ne pourra venir à bout d’une menace terroriste. L’état Islamique ce n’est pas, et c’est de moins en moins un groupe, une armée, conquérante sur le terrain militaire, c’est une idéologie! Une idéologie qui se propage à une vitesse 2,0. On ne lutte pas contre une idéologie avec des armes, même si les armes ont leur nécessité, l’école devrait plus que jamais aujourd’hui être le lieu de la lutte contre les idées, contre les amalgames, contre le fait que nombre de nos enfants, en échec, ou mal dans leur peau, sont des proies faciles pour les recruteurs,  contre le « pseudo-romantisme » effarant et effrayant que certains, et notamment des jeunes filles, attribuent à « l’aventure du Jihad », et la quête d’un prince qui se révélera tout sauf charmant. Chaque jour, nous voyons le danger poindre, régulièrement des parents effondrés, faute de structures adaptées, nous confient leur crainte quant à l’évolution de leurs enfants, soumis à la tentation de la radicalisation, ou parfois happés par l’idéologie jihadiste. Il est là le grand défi de l’école. Les enseignants ne peuvent être des supplétifs de l’appareil sécuritaire. Ils doivent être formés, pour être, en première ligne, les combattants du savoir contre l’ignorance, l’obscurantisme, de la lumière contre les ténèbres, de l’amour de la vie contre la tentation nihiliste. A ce jour, nous attendons toujours qu’un véritable plan « Marshall » de l’éducation nous donne les armes pour mener ce combat, que nous menons pour l’instant comme nous le pouvons. Avec des bouts de ficelles! »

Frédéric Helbert

 


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...
  • Anonymous : C’est le seul héros de l’histoire mais l’on ne parle que du terroriste. ….. Pourquoi n avons nous pas de...
  • MACHLINE Gérrd : Le résultat de campagnes nauséabondes menées par des politiques cyniques afin de détourner le regard des plus malheureux des...
  • raf13 : Bonjour, Je partage votre point de vu, on peut rajouter que les gens vivent leur vie à travers les écrans de tv, internet etc…...
  • Dechartres : De bonnes prises avec des situations cocasses. CD

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page