Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Liban: Menace d’ explosion totale. Reportage.

Publié le 18/03/2014 à 06h26 | , , , , , , , , , , ,  | 1 commentaire.

-Reportage-

Beyrouth/voiturepiègée

Le Liban brule t-il? @Frédéric Helbert

Chaque jour apporte désormais son lot de violences au pays du cèdre. La mort, la dévastation peuvent surgir partout. Le conflit syrien, quatre années d’une guerre civile dont nul ne voit l’issue a totalement « contaminé » le Liban, anciennement occupé par la Syrie d’Assad père. Le fils, Bachar, y compte des appuis toujours aussi solides. Et les fantômes du passé ont ressurgi. Les divisions communautaires embrasent un pays qui porte encore les traces de sa propre guerre civile. Le pays tout entier est en proie à la peur, l’obsession sécuritaire, celle d’une implosion économique et financière.  Et le spectre d’une nouvelle guerre fratricide totale menace.

Chute de Yabroud en Syrie, déflagrations en chaine au Liban.

Depuis le début de la semaine, la longue route qui traverse la région de Baalbeck, le coeur du pays Hezbollah, et rejoint la frontière syrienne est coupée régulièrement. Avant-hier, à un des nombreux checks-points militaires qui la parsèment, un officier m’a demandé de faire: demi-tour. Un missile avait été tiré de la ville frontalière avec la Syrie; Ersal, ville de tous les dangers, enclave sunnite, « encerclée »  par des villages chiites. Demi-tour obligatoire: Il n’y a pas d’autres routes pour passer; et plus on s’approche d’Ersal, plus nombreux se font les points de contrôle aux mains des hommes du Hezbollah. Qui ne sont pas du genre à badiner avec les ordres. Puis la route a été ouverte à nouveau mais une voiture piégées, conduite par un kamikaze, a explosé, à quelques encablures d’Ersal. Colère des populations locales qui ont amené des troncs d’arbre sur la route!  L’armée de son coté a réussi à déjouer plusieurs nouvelles tentatives d’attentats à la voiture piégée, faisant notamment exploser d’un coup de roquette un véhicule suspect qui contenait près de 200 kilos d’explosifs…

Ersal road

La route stratégique qui mène à Ersal et à la frontière syrienne. @Frédéric Helbert 

Autant d’événements qu’il est impossible de couvrir, puisque la route est toujours que j’ai souvent emprunté est bouclée! Spirale infernale.  Des réactions en chaine, liées à la prise par l’armée syrienne et le Hezbollah d’une vaste zone stratégique, frontalière avec le Liban. le Qualamoun. Menée depuis des mois à bas bruit, la bataille de Yabroud a été gagnée par les hommes de Bachar et ses alliés. Qui ont poussé leurs avantages alors que la communauté internationale, tragiquement impuissante, braquait ses yeux du coté de l’Ukraine, où elle n’est guère plus efficace. « C’est une des forces du régime syrien dit un général libanais. Il sait toujours faire avancer ses pions, lorsque le monde regarde ailleurs. De toutes les façons, cela fait longtemps que Bachar et ses hommes ont compris que la « communauté internationale » n’avait aucune velléité d’actions » .

Située à quelques 80 km de Damas, Yabroud était la dernière « zone libre » contrôlée par les rebelles. Cette ville ou j’étais il y a 6 mois l’envoyé spécial de Paris-Match, avait su tant bien que mal s’organiser. Un semblant de vie normale y régnait. Des comités rebelles se partageaient les responsabilités. Les enfants allaient dans des écoles clandestines. (la principale avait été bombardée). Personne n’avait touchée à l’ancestrale cathédrale. Les chrétiens, très présents dans la zone industrielle (bombardée alors également par l’aviation syrienne) cohabitaient sans aucun problème avec les musulmans. L’approvisionnement en denrées élémentaires venait par des routes clandestines du Liban voisin. Mais des armes, des munitions et des candidats au combat contre le régime syrien faisaient aussi le voyage tout au long de chemins  chaotiques menant jusqu’à la ville… Les rebelles que j’avais alors rencontré se savaient condamnés à plus où moins brève échéance. Faute d’un armement suffisant. fustigeant une communauté  internationale restée totalement sourde à leurs appels désespérés.. Petit à petit, l’armée syrienne a resserré son étau. Elle bombardait de temps à autre. Sporadiquement. Concentrant alors toute sa puissance de feu sur une autre région frontalière Qusair,  où les combats furent âpres avant que les rebelles ne soient écrasés sous un déluge de feu. Aujourd’hui, les chars, les avions de l’armée syrienne, et au sol les unités expertes en combat urbain du Hezbollah libanais ont fini par prendre la ville de Yabroud et ses environs montagneux. Des milliers de réfugiés ont à nouveau fui vers le Liban, et parmi eux, dit la rumeur de nombreuses bandes armées, dont notamment des islamistes d’Al Nosra.

Yabroud

Yabroud, en juin dernier. Un rebelle guette sur les hauteurs de la route menant à la vile, aujourd’hui reprise par l’armée syrienne. @Frédéric Helbert

Et voila donc le conflit syrien qui se déroule désormais aussi pleinement en territoire libanais où tous les camps, les clans, présents en Syrie y sont représentés. Chiites, sunnites, alawouites, salafsites, chrétiens,  alliés objectifs de Bachar et ses ennemis jurés. « Ajoutez à ce cocktail explosif, la masse énorme des réfugiés, près de deux millions de personnes,  et vous avez là tous les ingrédients pour que le pays tout entier devienne le terrain d’une nouvelle guerre fratricide. Cela fait bien longtemps que la pseudo-neutralité, la soit-disante stabilité, et l’intégrité du Liban ont volé en éclat, et ne sont plus que des formules vides de sens, mais répétées à l’envie par les diplomates, ministres, où chefs d’états aveugles, comme les vôtres » (NDLR: Les français)  estime un officier supérieur  de la Sureté générale libanaise. La réalité est loin de ces éléments de langages obsolètes. La réalité est que le puzzle vole en éclats et que l’obsession sécuritaire est désormais présente dans tous les esprits.

La guerre des voitures piégées 

voiture piégée

Explosion à la voiture piégée à Beyrouth. @Frédéric Helbert

De Beyrouth à Tripoli, De Tripoli à Baalbeck, de Baalbeck à Saïda,  en plein coeur même du fief du Hezbollah, à Dahieh, dans la banlieue Sud de la capitale libanaise, les explosions de voitures piégées se font désormais de plus en plus nombreuses. Or la voiture-piégée, c’est l’arme absolue du terrorisme, celle contre laquelle on ne peut rien où si peu. L’armée, la police,  le Hezbollah ont beau multiplier les check-points, qui fleurissent partout, rien n’y fait.  Conduites par des kamikazes où actionnées à distance, les voitures piégées sont la hantise de tous. Dans Dahieh, le quartier QG du Hezbollah, c’est le qui-vive permanent. A l’entrée du périmètre hyper-sécurisé ou est censé vivre Hassan Nasrallah, le tout puissant chef du Hezbollah, une immense barrière noire, ouvrage d’acier colossal a été installé et ne se lève que très précautionneusement. Des guetteurs sont partout, assis aux tables de cafés, postés aux coins des rues, circulant en scooter, reliés par talkie-walkie, et signalent le moindre mouvement suspect. Gare à celui qui voudrait prendre une photo! La phobie de l’espionnage est là. Pour les hommes du Hezbollah, l’ennemi peut être partout. Lorsque les convois de 4X4 blindés du mouvement, aux vitres noires, se lancent gyrophares tournant, et sirènes hurlantes, dans une circulation toujours embouteillée, mieux vaut se ranger. Il en va de même avec les véhicules des politiques, ou ceux des militaires qui ont le doigt sur la gâchette de leur fusil d’assauts. Mais pour les milliers de libanais qui ne renonceraient pour rien au monde à leur voiture, les embouteillages monstres et récurrents, que les check-points font gonfler sans cesse, sont sources d’angoisses permanentes. Les voitures à plaques syriennes sont considérées comme autant de menaces possibles, celles de location aussi… Aux check-points, où il serait impossible de contrôler tout le monde, les checks aléatoires sont fait sont poussés. Les militaires frappent dans les portières, font actionner les mécanismes des vitres, pour voir si il n’y a pas là des réserves d’explosifs. Pareils pour les fauteuils. Les coffres sont fouillés méticuleusement. « Mais les voitures piégées passeront toujours dit un expert. On peut par chance où grâce à la vigilance, en intercepter, mais dans le lot, il est impossible de parer la menace qui peut surgir n’importe où, à n’importe quel moment ». Près de la frontière syrienne, depuis 24 heures, se succèdent les rumeurs les plus folles. Infiltration d’un « lot » de voitures piégées. De plusieurs commandos terroristes qui viendraient pour déclencher une campagne d’attentats en chaine. L’armée est sur les dents, mène des opérations-éclairs, des perquisitions un peu partout. L’armée libanaise affirme avoir arrêté une bande armée qui tentait de traverser la frontière clandestinement. La psychose a encore de beaux jours devant elle..

L’attentat suicide d’avant-hier (3 morts, plusieurs blessés) à Nabi Osman, près d’Ersal, a été dans un communiqué de revendication directement lié à la prise de Yabroud par l’armée syrienne. Par un groupe inconnu: « les sunnites libres de Baalbeck, qui promettent de transformer le Liban en un « enfer »!  

Dès qu’il se passe quelque chose de l’autre coté de la frontière, le Liban en paie le prix du sang » enrage un haut-gradé de l’armée. Mais désormais un cran supplémentaire a été franchi. Le conflit syrien a rallumé le flambeau des haines communautaires cuites et recuites. Et nous nous battons entre libanais sans que personne ne nous le demande. A Tripoli, fief des salafistes, qui ont fait une alliance contre nature avec le mouvement de Saad Hariri, la violence flambe de plus en plus intensément, entre ces salafistes qui tiennent le bas de la ville à Bab-al-tabbaneh, et les alawouites de Jabal-Mosen qui campent sur les hauteurs, jurant fidélité éternelle à Bachar el Assad. Depuis plus d’une semaine, les combats sont quotidiens.  Et le  conflit syrien n’est parfois que prétexte à des règlements de comptes ancestraux où plus récents ».

tripoli, sniper position

Position de sniper à Tripoli sur la ligne de front. @Frédéric Helbert

l’insécurité et l’afflux de réfugiés menacent l’économie 

Par delà les violences auxquelles se livrent les groupes armés sur le territoire libanais, il est un autre point d’inquiétude pour les responsables de l’Etat libanais. « Le pays a dépassé toutes les lignes rouges en matière d’accueil  de populations syriennes ayant fui la guerre, prévient un des dirigeants du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU. Cela pèse d’un poids terrible sur la vie économique du pays. Nous avons fait un calcul: En France ce serait l’équivalent d’un afflux de 15 millions de personnes! Le chômage selon nos prévisions va doubler l’an prochain au Liban. Plus personne ne veut investir dans le pays. Tout l’argent qui venait de la diaspora s’en va ailleurs. Comme les capitaux des riches états voisins du Golfe. Le Tourisme, ressource essentielle est en chute libre. Regardez autour de vous, il y a des milliers de travailleurs syriens qui seraient prêts à faire tout et n’importe quoi pour survivre. Regardez ces gosses et ces vielles femmes qui mendient aux carrefours à Beyrouth. Des grands projets sont gelés, là encore, la communauté internationale promet, promet, mais fait bien peu au regard des besoins essentiels et immédiats. La solidarité ici joue encore, tant bien que mal mais pour combien de temps?

réfugié syriens 

Réfugiés syriens, sans domicile fixe, ni travail, errant à Beyrouth. @Frédéric Helbert

La présence de près de 2 millions de réfugiés au Liban, dont bon nombre ne sont enregistrés nulle part est une menace directe pour la sécurité, et l’insécurité paralyse l’économie, et une économie chancelante booste l’insécurité. C’est un cercle vicieux, une machine infernale que nul ne sait comment faire pour éviter qu’elle ne s’emballe. L’armée et le Hezbollah ont multiplié les déploiements de troupes aux frontières, autour d’Ersal, ville-clé, point de fixation central désormais dans une équation aux facteurs multiples.

« Mais il ne faut pas se leurrer assure un homme, qui a assumé de hautes fonctions par le passé. C’est le pays tout entier qui est gangréné désormais. Haines inter-confessionelles, multiplication des violences, attentats, kidnappings, économie en chute libre, paranoïa généralisée, tragédie des réfugiés syriens, ajoutez à tous ces ingrédients l’instabilité politique chronique du Liban, l’irresponsabilité de certains de ses dirigeants qui ne songent qu’à leurs intérêts personnels et à ceux de leurs clans, et si rien n’est fait assure un ancien haut-responable du pays, alors vous verrez le Liban sombrer. On ne peut pas tenir éternellement sur la corde raide. Derrière le rideau de quelques apparences fastueuses, l’explosion généralisée guette!

A Beyrouth, 

Frédéric Helbert.

Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre, (souvent), journaliste d'investigation, multi-médias, tous terrains, membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière à Europe11. Tropisme assumé pour le Moyen-Orient et la péninsule arabe-musulmaane. Jamais rassasié d'infos,  accro à tous types d'enquêtes et reportages, j'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. En toute liberté. Vos témoignages, vos infos, vos commentaires sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • PLV : Statistiquement, ils ont raison. Il n’y a jamais eu d’attentat au même endroit et dans des circonstances analogues au...
  • loustic : Merci pour votre travail précis, dénué de sensationnalisme inutile, vous êtes une référence, continuez de nous informer merci
  • titof : pourquoi attendre , si nous avions détournés une tel somme nous serions déjà en prison depuis longtemps . Pauvre France si elle était...
  • CPB33 : Et rien sur macron ??? Etonnant non ?
  • Dechartres : Que la lumière soit faite – en toute impartialité – sur les véritables raisons du drame.

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page