Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Syrie, Liban: Album de victimes civiles toutes générations de la guerre, les générations « no future »

Publié le 29/12/2012 à 00h57 | , , , , , , , , , ,  | Écrire un commentaire.

Au sein des populations civiles, quelles qu’elles soient, la guerre ne fait que des victimes.

Celle de Syrie n’échappe pas à la règle. Les civils sont les premières victimes, parfois même les premières cibles… C’est une évidence, une équation de base dans les guerres justement dites civiles, et opposant dans les limites d’un seul et même territoire, des communautés religieuses différentes dont l’une s’est accaparée tous les pouvoirs. Qui dit guerre civile et religieuse mélange là deux « ingrédients » terrifiants. Qui font sauter tous les verrous de la conscience, et autorise tout et même le pire puisque l’on agit au nom de Dieu…. Les amis, les voisins, les frères de la veille s’entretuent. Et même au sein des pouvoirs et cercles de l’opposition, on se bat férocement…   Dan ce contexte, face à une absence de réaction de la ommuneauté internationale, qui serait bien en peine d’avancer un plan de paix, l’on continue à tuer, tuer encore, avec tooujours plus de violences, de haine (cf vidéos profanation de cadavres tués après une embuscade diffusées ici.

Les civils: L’histoire du Liban et la donne politique rendent leur accueil très compliqué…

Gagner le soutien des populations civiles dans une guerre comme celle-ci, c’est au final; quel que soit le prix à payer gagner la guerre. Reste que pour l’heure, en Syrie un pourcentage important de gens qui se refusent à prendre les armes, sont ballotés d’un camp à l’autre. Victimes de pressions, parois de leurs propres « contradictions, de leur peur de l’avenir, ils ne sont ni pour les uns ni pour les autres,ou bien le cachent à leurs proches dans un régime si effoyablement cadenassé qu’être un soldat de confession sunnite et aller à la mosquée prier, fait de vous, si l’on vous démasque, si l’on vous dénonce un homme mort.  Alors dans cette guerre sans fin, parmi les civils, les bébés, les enfants, les femmes, les vieillards sont les plus vulnérables. Victimes directes des combats ou de condition de vie devenues insupportables, ils fuient.  Mais quand ils viennent du berceau de la révolution, Homs, et qu’ils franchissent la frontière libanaise  au mépris du danger, parfois parce qu’ils n’ont plus d’autres choix, ce n’est pas dans un jardin d’Eden u’ils arrivent…. Pays compliqué, à la donne politique, compliquée, comptant en ses rangs des puissants mouvements politiques et militaires pro-Bachar, et d’autres réclamant la liberté pour les deux pays. Le Nord-Liban compte plutôt comme une région restée « fidèle au Président Syrien. Et ela pèse dans une politique d’accueil de réfugiés. Dans les dispensaires du Nord du Liban, ou je me rends régulièrement: le constat est là: Blessures de guerres, accidents de rien, mais qui du fait de la guerre deviennent soudainement un danger pour la santé de ceux qui les subissent.  » Les enfants, les vieux, ballottés chopent toutes les saloperies, microbes, virus qui trainent et l’hiver qui arrive va accentuer le phénomène  dit un médecin. En même temps ce sont parfois les derniers à avoir la conscience d’un vrai danger qu’ils ne sont pas ou plus en mesure de déterminer. Eà la fin psychologiquement, ils sont ruinés, détruits dans leurs têtes, blessure incernables…. car nous n’avons rien à leur offrir sinon notre amour et notre écoute. Mt à la fin psychologiquement, ils sont ruinés, détruits dans leurs têtes, blessure incernables….Nous savons que ce n »est pas assez. Dans notre dispensaire, un médecin péso-pyschiatre est venu. Il est resté 15 jours. Voyant qu’il n’était pas payé, il est reparti… Seuls restent des gens bénévoles, admirables, venus du monde entier, des médecins européens et arabes. Qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Souvent des miracles avec rien. Parfois, on opère comme si on était sous les bombes en Syrie, sans matériel stérilisé, sans anesthésie, alors que nous devrions avoir des blocs opératoires, des services de réa… Mais non! On parle de millions qui viendraient des monarchies du Golfe. Fantasmes… Ou sont-ils Monsieur? »

Des civils qui une fois soignés préfèrent repasser en Syrie sous le bombes.

Notre toubib, tireuse longue bouffée de cigarettes, un silence puis lâche: L’ environnement est tellement dégradé, et malsain ici,  les conditions de vie tellement précaires au Liban, que bon nombre de syriens après avoir été soignés ici, préfèrent repartir de l’autre coté. Ils ont marché des dizaines de kilomètres, risqué leurs vies, donné de l’argent à des passeurs pour éviter les « soldats, ou les chabiha » ou les terrains minés, et ils repartent dans l’enfer Syrien! Certains pour se battre certainement, mais la plupart, parce qu’ils n’ont nulle par ailleurs ou aller. Parce que la vie sous les bombes, leur parait plus digne que de devenir des « réfugiés », que personne n’aiderait, qui devraient dormir sous une bâche plastique,  qui n’ont pas un rond pour louer une maison, ou de familles pour les accueillir. Et  certains ont peur d’un Liban ou flotte encore ici ou la le drapeau des Pro-Bachar. Voila la réalité: Chaque jours nous recevons des centaines de réfugiés: On les soigne comme on peut à la va vite, et ces gens retraversent des champs de mine pour aller retrouver un pays en proie à une effroyable guerre civile!  Mais nous savons que ce n »est pas assez. Dans notre dispensaire, un médecin péso-pyschiatre est venu. Il est resté 15 jours. Voyant qu’il n’était pas payé, il est reparti… Seuls restent des gens bénévoles, admirables, venus du monde entier, des médecins européens et arabes. Qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Souvent des miracles avec rien. Parfois, on opère comme si on était sous les bombes en Syrie, sans matériel stérilisé, sans anesthésie, alors que nous devrions avoir des blocs opératoires, des services de réa… Mais non! On parle de millions qui viendraient des monarchies du Golfe. Fantasmes… Ou sont-ils Monsieur? Notre environnement est tellement dégradé, et les conditions de vie tellement précaires au Liban, que bon nombre de syriens après avoir été soignés ici, préfèrent repartir de l’autre coté. Ils ont marché des dizaines de kilomètres, risqué leurs vies, donné de l’argent à des passeurs pour éviter les « soldats, ou les chabiha » ou les terrains minés, et ils repartent dans l’enfer Syrien. Certains pour se battre certainement, mais la plupart, parce qu’ils n’ont nulle par ailleurs ou aller. Parce que la vie sous les bombes, leur parait plus digne queue devenir des « réfugiés », que personne n’aiderait, qui devraient dormir sous une bâche plastique,  qui n’ont pas un rond pour louer une maison, ou de familles pour les accueillir. Et  certains ont peur d’un Liban ou flotte encore ici ou la le drapeau des Pro-Bachar. Voila la réalité: Chaque jours nous recevons des centaines de réfugiés: On les soigne comme on peut à la va vite, et beaucoup  de ces es gens retraversent des champs de mine pour aller retrouver un pays en proie à une effroyable guerre civile!

 

Ce sont les visages de ces gens là que vous allez-voir, alors vous comprendrez mieux que même guéris parfois,  leurs regards restent perdus, et leur futur suspendus à un fil.

Une gamine portant un pansement ensanglanté au bras. Un bras touché par des éclat d’obus

photo frederichelbert.com

la mauvaise blessure qu’il faut traiter sans tarder

souffrance muette

soignée mais le regard si lourd..

photo frederichelbert.com

no comment

photo frederichelbert.com

un gamin au pied, transpercé par les morceaux de verre, d’une vitre brisée par une explosion..

photo frederichelbert.com

no comment

photo frederichelbert.com

Pas d’anesthésie, une pince à épiler pour retirer les morceaux de verres, les hurlements du gosse

photo frederichelbert.com

les larmes de l’enfant qui coulent sur le lit de consultation  et de soins

photo frederichelbert.com

No comment

photo frederichelbert.com

Le calme revenu après la tempête de la douleur. Le sourire d’un père soulagé. La récompense des médecins.

photo frederichelbert.com

A peine le gosse soigné, voila le tour d’une femme âgée, victime d’une luxation de la hanche… Jamais de répit!

photo frederichelbert.com

le dévouement permanent et admirable du personnel médical

Soigner tout le monde… La vieille femme appartient à la communauté des gitans considérée en Syrie comme étant proche du régime de Bachar el-Assad. Mais les médecins  volontaires soignent tous ceux qui se présentent… Sans états d’^âme…

L’enfer de l’attente….

photo frederichelbert.com

Dans les couloirs l’attente… Embouteillages permanents…

photo www.frederichelbert.com

Ces deux-là ne ‘en cachent pas. ils ont été lourdement blessés lors de combats contre les forces pro Assad. L’un a perdu l’usage de se jambes, l’autre un bras…

photo frederic helbert.com

Les mots incroyables et terribles de ce combattant de l’ALS: « J’ai perdu mon bras dans une bataille, mais juste avant avec un RPG , j’ai fait exploser un char de l’armée syrienne. C’était çà le plus important! »

photo frederichelbert.com

Les médicaments distribués au compte-gouttes: « on a plus de stock, on fait nos petits sachets de pilules, on découpe les plaquettes… On est obligé dit le docteur Black, parce que plus rien n’arrive…Et la France, mon pays, qui est à 4h d’avion soupire le toubib, qu’est ce qu’elle fait la fFance? La patrie de l’humanitaire? Mais c’est une blague, une sinistre blague! « . Ici nous ne sommes pas en plein champ de bataille, nous sommes dans un dispensaire au Liban. C’est compliqué d’envoyer un avion? Juste un avion bourre de médocs et de matériel médical? Mon pays me fait honte. les autres aussi. Mais la France et son gouvernement…. Je ne comprends pas…

photo frederichelbert.com

l’Hiver est là. Les plus vulnérables atteints directement par la guerre, ou ses conséquences sont les enfants en bas âge.

photo frederichelbert.com

« Ouvrir » sou anesthésie locale une main touchée par un obus, retirer des broches en acier, et référer le tout, avec un matériel d’un autre âge…. L’expérience du Doc Black, et le courage extraordinaire de l’adolescent qui n’émettra pas une plainte, alors qu’il y aurait quoi hurler de douleur…

photo frederichelbert.com

Le « touch » du docteur Black. La force inouïe du jeune blessé. Chirurgie de guerre…

photo frederichelbert.com

La souffrance à l »état brut de brut….

photo frederichelbert.com

La main du patient semble perdue. le toubib va la sauver….
PS: les inventeurs US du concept de la guerre propre repasseront…

 

photo frederichelbert.com

Quelques minutes plus tard, tout est « refermé ». Un formidable succès pour le dr blackqui a opéré dans des conditions consternantes, et le V d’une belle victoire personnelle sur la souffrance pour l’ado…. C’est des trucs comme çà qui me font tenir dira le toubib.

photo frederichelbert.com

Mais pour l’ado comme pour les autres les anti-douleurs ou autres antb-biotiques, seront délivrés à dose homéopathiques… Ici on ne manque jamais de munitions pour se faire la guerre, mais au rayon des médicaments qui sauvent, rationnement drastique…

photo www.frederichelbert.com

L’incessant défilé de la douleur….

photo frederichelbert.com

Partout ailleurs  dans le dispensaire des nourrissons malades en pagaille….

photo frederichelbert.com

no comment

Pour celui-là, que sa femme accompagne, avec pour seule arme la tendresse,  ce sont, dans le dénuement total, les dernières heures. Un médecin lâche tristement: – On ne peut plus rien pour lui. C’est fini. Et ce n’est pas le dernier…

Avec plus de 220 000 réfugiés syriens sur son sol (officiellement 160 000 selon le HCR), le Liban est le pays voisin de la Syrie qui compte le plus grand-nombre de réfugiés, ayant fui la guerre.

Récit et Portfolio: Frédéric Helbert, à Beyrouth.


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • loustic : Merci pour votre travail précis, dénué de sensationnalisme inutile, vous êtes une référence, continuez de nous informer merci
  • titof : pourquoi attendre , si nous avions détournés une tel somme nous serions déjà en prison depuis longtemps . Pauvre France si elle était...
  • CPB33 : Et rien sur macron ??? Etonnant non ?
  • Dechartres : Que la lumière soit faite – en toute impartialité – sur les véritables raisons du drame.
  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page