Frédéric HELBERT, le blog

"Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie". Albert Londres


Drame de Furiani : vingt ans déjà… Rétro.

Publié le 30/08/2012 à 00h39 | , , ,  | Écrire un commentaire.

C’était il y a 20 ans… Triste anniversaire, commémoré avec de vrais documents d’époque… Ce site ayant pour vocation d’ignorer limites et frontières voici aujourd’hui une rétrospective EUROPE1 dont je suis un « enfant », un vrai… et dont je fus l’envoyé spécial chargé de « couvrir » une tragédie sans précédent dans l’histoire du football français, et celle de « l’ile de beauté », défigurée cette nuit là…

Le soir de la catastrophe de Furiani, le passionné de foot que je suis, est confortablement assis dans un canapé devant sa télévision. Lorsque le drame se noue et « se joue ». Je me souviendrais toujours de ces images terribles, commentées par PPDA, les découvrant lui-même en direct. Puis le téléphone qui sonne. C’est Europe. Il faut partir. 2 heures plus tard, je vole vers Bastia À bord d’un avion privé, un Falcon loué en urgence par plusieurs médias et parti du Bourget! A l’arrivée ce fut le choc immédiat: le petit aéroport avait été transformé en hôpital de campagne ou des centaines de blessés, allongés sur des brancards à même le sol, attendaient leur évacuation vers les hôpitaux de Marseille. C’est là que furent réalisées les premières interviews, dont celle de Christian Rodat, qui était l’envoyé spécial d’Europe1 venu de Marseille pour couvrir cette demi-finale de Coupe de France Bastia-OM qui déchaiant toutes les passions. Christian se trouvait sur la tribune maudite. Cette interview était pour les siens et pour nous le premier signe qu’il avait survécu…  D’autres ITW aussi comme celle de Jean-Pierre Paoli, speaker officiel, à qui l’on avait demandé de lancer des appels au calme dans le chaudron de Furiani alors que la tribune commençait à donner des signes des faiblesses, à vibrer dangereusement… Au stade, difficilement accessible par un seul mauvais chemin, dérivant de la nationale, le spectacle de la désolation totale. L’enchevêtrement inouï de ferrailles. Et cette réflexion immédiate: Le bilan m’apparaissait presque comme « léger » devant l’étendue de la catastrophe… Le pire avait sans doute été évité grâce à la célérité des secours, des pompiers corses, du SAMU, et de tous ces bénévoles s’étant transformés en un instant en sauveteurs de fortune… La rapidité des interventions avaient permis d’extraire des supporters et journalistes (la tribune presse était au sommet de cet édifice de bric et de broc)… Et de réanimer en urgence absolue certains qui avaient fait un arrêt cardiaque…  J’ai souvenir aussi du terrain transformé  en premier hôpital d’urgence et « centre de tri », ou des hélicoptères assuraient des rotions régulières aux fins d’évacuer lupus vite, les blessés les lus grièvement atteints. ce sont les témoignages de cette première nuit et une intervention le lendemain en direct, si mes souvenirs sont bons, qui ont été réunis par Europe1. L’enquête de flagrance avait très vite désigné le principal responsable de la catastrophe, Jean-Marie Boismond, l’ingénieur  de « Sud-Tribunes » qui avait planifié et supervisé la construction de cette tribune supplémentaire à la hâte.

« Une histoire de fric » me dira plus tard l’une des victimes condamnée à la chaise roulante à vie.
Boismond l’ingénieur de Sud-Tribune a été l’architecte de de montage impensable. Et a assuré que cela tiendrait. Sa responsabilité est terrible. Mais l’ingénieur devenu bouc-émissaire a payé pour tous les autres. Les dirigeants du SCB de l’époque, ceux qui dans la coulisse ont toujours entretenu des liens plus que privilégiés et trouble avec le club, les « natios » du FLNC, pour ne pas les nommer… Et puis l’Etat, ses représentants, le préfet de l’époque, la commission de sécurité, La fédération française de Football… Tous ceux qui ont laissé faire ou validé. Le « laissez-faire », un mal répandu parfois en Corse. Il est mot pour désigner cette attitude en langue corse, souvent utilisé dans l’affaire Furiani: « lascia corre » . On laisse « aller », courir, couler, on est permissif, négligeant, là ou l’on devrait dire non!, stop!…. C’est un « mal » corse qui fait sourire parfois . Mais un mal qui a coûté des vies, et en a brisé d’autres à jamais  » .

Voici donc 20 après le retour sur les lieux du drame.

Par la suite, j’ai couvert le procès, où bon nombre de personnes dont la responsabilité était engagée, et qui se trouvaient dans le box des accusés, ont été exonérées, ou condamnées à des peines de principe, déclenchant la colère des familles de victimes, et des rescapés. Manquait un homme dans le box: l’ex-président du Sporting club Bastia, Jean-François Filippi, assassiné au fusil de chasse en 1994, peu de temps avant l’ouverture du procès et dont la rumeur disait qu’il allait  tout « déballer », et révéler l’un des mystères jamais éclairci de l’affaire: la disparition de la recette du match!  J’étais- là aussi à l’heure de  la réouverture du stade de Furiani, de l’inauguration de la stèle commémorative, du retour des supporters dans les tribunes. De la décision de certains de ne plus jamais revenir en un lieu qu’ils considèrent comme maudit.

Car si le stade a été reconstruit, si des millions d’euros ont été engloutis, il n’est toujours pas aux normes de sécurité, et dans un état de délabrement ici ou là, qui n’a rien à « envier » à celui qui était le sien avant la catastrophe… « Lascia Corre »…

Frédéric Helbert avec Olivier Flaisler.


Recherche sur le blog

Entrez un terme à rechercher :

Abonnez-vous

Entrez votre e-mail :

Délivré par FeedBurner

Suivre sur les réseaux

Suivre sur FaceBook
Suivre sur Twitter
Suivre par RSS

FHnewsTV

Voir l'article de cette vidéo »

À propos de l'auteur

Grand-reporter de guerre et  journaliste d'investigation, multi-médias,  membre de l'association de la presse judiciaire, passionné par les phénomènes terroristes depuis le début de ma carrière. Très souvent sur le terrain, je souhaite partager avec tous les faces parfois moins visible des enquêtes et reportages. J'aime explorer le dessous des cartes de dossiers sensibles. Ce site m'en offre la totale liberté. Vos témoignages, vos informations sont  bienvenus!

Rubriques

Les derniers Tweets

Commentaires

Les derniers commentaires :

  • loustic : Merci pour votre travail précis, dénué de sensationnalisme inutile, vous êtes une référence, continuez de nous informer merci
  • titof : pourquoi attendre , si nous avions détournés une tel somme nous serions déjà en prison depuis longtemps . Pauvre France si elle était...
  • CPB33 : Et rien sur macron ??? Etonnant non ?
  • Dechartres : Que la lumière soit faite – en toute impartialité – sur les véritables raisons du drame.
  • Frédéric HELBERT : N’oubliez pas que la France a elle aussi connu son « héroïne &raq uo; en la matière, Aurélie...

Archives

Méta


©2012 Fréderic HELBERT - Administré sous WordPress - Liberté Web - Mentions légales -  RSS - Haut de page